Feb 15

Modèle mixte de justice constitutionnelle

Category: Uncategorized

L`exemple du Tribunal équatorien des garanties constitutionnelles, tel que défini dans la Constitution 1978 de ce pays, démontre la nécessité de déballer les différentes dimensions. Cette Cour a assis des juges représentant divers secteurs de l`État et de la société, y compris les représentants des travailleurs et des chambres de commerce, les tribunaux, le législateur, et l`exécutif, lui conférant une autonomie substantielle de, disons, l`exécutif. Une focalisation exclusive sur l`indépendance formelle pourrait aboutir à la conclusion que sa faiblesse réelle, de facto, n`était pas liée à sa conception institutionnelle. Mais cela ignorerait certaines caractéristiques institutionnelles supplémentaires. La Cour était tenue de présenter ses déclarations d`inconstitutionnalité pour approbation au législateur, limitant ainsi gravement son autorité. En outre, les 1995 amendements à la Constitution équatorienne limitaient l`accès à la Cour à quelques acteurs choisis, ce qui ne comprend pas l`opposition: le Président, le législateur (lors d`un vote de la majorité de ses membres), la Cour suprême (encore une fois, sur une vote majoritaire), les conseils provinciaux ou municipaux, dans des cas limités, le Defensor del Pueblo (un médiateur nommé par la Loi), ou sur pétition d`un millier de citoyens (seulement si la pétition est approuvée par le médiateur). Les questions d`accès et sa capacité à projeter des décisions contraignantes sont cruciales pour comprendre le faible rôle de cette Cour dans la politique. 1 = aucune aptitude à déclarer un acte ou une loi inconstitutionnel; Qu`est-ce que cela signifie pour la logique dominante du design judiciaire en Amérique latine? Compte tenu de ce que nous savons sur les mécanismes ex post et ex ante de contrôle, l`image décrit un changement intéressant dans le locus du contrôle politique sur les tribunaux de la région. Plus le nombre d`acteurs dans le processus de nomination est restreint, plus le processus devient généralement dominé par l`exécutif.

Le contrôle ex post, d`autre part, est habituellement exercé par le législateur, par des destituations, des régimes d`emballage de la Cour, et une foule d`autres comportements de «limitation de la Cour», avec peu de rôle direct pour l`exécutif. 69 une faible autonomie ex ante indique donc un tribunal contrôlé par l`exécutif, tandis que la faible autonomie ex post indique un tribunal responsable devant une législature, statuant à la majorité simple.

No comments

Comments are closed.